La CONQUÊTE DU SUPERFLUX
Création 2020
{LA CONQUÊTE DU SUPERFLUX} sera un spectacle en débordement.
Déborder : Owerflowing. Aller au delà du flow, ou se faire submerger ? Inonder par le flot qui fait irruption, le flot, le flux surabondant. Un flux invasif qui fait irruption comme une crue imprévue. Déborder du cadre,  aller au-delà des limites du champ d’action. Les gilets jaunes ont encore débordés. Déborder d’enthousiasme, faire preuve de beaucoup d’engouement. Un débordement interne et un débordement social.
Un homme seul, le dernier d’une longue soirée, possédé par la fête. Danser à tout prix, ne pas flancher, au-delà de sa volonté comme comme une métaphore de notre monde en marche.  Quelques sursauts exultant l’épuisement, mais danser encore, durer ... malgré le sentiment de fin. Un corps burlesque, extravagant en décalage avec une réalité. Faire la fête pour laisser s’échapper des actes de libération, parfois maladroits. Des superpositions d’états et de situations qui parfois se contredisent mais qui traduisent une complexité de l’individu. Le raté, le minable, le pas adapté qui essaye malgré tout devient un acte de bravoure d’humanité et de sincérité. Travail vocal & travail du corps mais évidemment.
{LA CONQUÊTE DU SUPERFLUX} se jouera de nos paradoxes : Une oscillation entre fierté et perte, succès et déclin, désillusion et attrait de l’inatteignable. Une performance qui joue avec des images de gloire, de risque et de vulnérabilité.
Chaque spectacle sera conçu comme une installation stimulant la danse voire la transe.  Ainsi, l’interprète de la pièce se déplacera à travers des espaces imaginaires et invisibles à travers la dramaturgie sonore et l’incarnation de plusieurs identités qui les fond résonner.
{LA CONQUÊTE DU SUPERFLUX} ce sera aussi l’ère du soupçons : quand le faire devient moins simple. Il surgit alors l’étonnement de celui qui trébuche, fait des désastres, coure, s’émeut. On est plus trop loin du vrai carnaval, celui ou les corps chutent avec fracas, dansent au ras du sol, se heurtent, s’enlacent, se ratent ; physicalité instable ou chorégraphie puissante et précise. Il y a des déclarations d’amour désespérée, tout est grave mais plus rien est important… ou l’inverse.
Bref je vais partir promis… après le prochain.